L’hommage mondial à la pop star

27 juin, 2009

jacks316.jpg

Les fans de Michael Jackson se sont rassemblés dés l’annonce de son décès dans de très nombreuses villes du monde entier pour lui rendre un dernier hommage. Une foule compacte sur le « boulevard de la Gloire » de Hollywood, où une étoile au nom du chanteur est scellée dans le trottoir, des admirateurs de la star qui chantent à Londres. Un concert devant dix mille fans sur la place de l’Hôtel de ville en mémoire du « roi de la pop ».

KARL.

Un autre hommage à Michael, notre roi.

28 juin, 2009

Il était unique, il était le roi de la pop… Comme nous vous l’indiquions dès les premières heures de cette journée, Michael Jackson est mort hier à Los Angeles suite à un arrêt cardiaque. Pour l’instant on ne connaît toujours pas les circonstances exactes de sa mort même si une overdose médicamenteuse semble être (à prendre avec précaution) à l’origne de ce décès. Selon plusieurs de ses proches, de nombreux médicaments lui avaient été prescrits ces derniers mois pour l’aider à faire face au stress grandissant qui le rongeait à quelques semaines seulement de son grand retour sur scène.Les hommages continuent de pleuvoir en provenance du monde entier. Même François Fillon, premier Ministre Français, a fait part de sa grande émotion à l’annonce de son décès. La première dame de France a de son côté parlé d’un immense chanteur, d’un immense danseur, d’un magnifique auteur-compositeur, d’un être exceptionnel.Nous vous proposons maintenant de revoir quelques images de cette immense star qui laisse chacun de nous un peu orphelin aujourd’hui…

http://www.dailymotion.com/video/x9ow0g_la-video-hommage-a-michael-jackson_news

Message perso.

28 juin, 2009

mikeseul.jpg

Michael, reposes en paix, tu resteras le vraix, le king de la danse

et de la musique pop, le monde entier pense à toi, et ne t’oubliera jamais, BAMBI!!!

KARL.

Ghost

27 juin, 2009

ghostmike.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=QaGoKczNndc&hl=fr

Je vous offres, en cliquant sur le lien ci-dessus, un extrait du clip GHOST

de Michael Jackson, encore un enorme clip après Thriller, Michael, nous montre son savoir faire

dans ce film, qu’il est, et restera le roi de la pop, et aussi des effets spéciaux.

Michael, le GRAND.

KARL.

 

Liberian girl

27 juin, 2009

mikeliberiangirl.jpg

http://www.bharatstudent.com/ctv/watchvideo.php?vid=mchjnadhoid

 

Liberian girl,

Un clip humouristique, avec beaucoup de personnalités, et une musique romantique, et une fin avec le très beau sourire de MICHAEL derrière une camera, alors que tous le monde l’attends pour un tournage.

Encore merci Michael.

 

 

 

We are the world

27 juin, 2009

wearetheworld2.jpg

 http://www.youtube.com/watch?v=Jcrwu6WGoMs

 

Une très belle chanson,  we are the world, avec tellement d’artistes connu,

bien solidaire, tous avec Michael, merci à tous.

KARL.

 

 

 

Thriller, la danse, un grand moment.

27 juin, 2009

mikethriller.jpg

http://www.dailymotion.com/video/x4cud8_michael-jacksonthriller-dance_music

 

Un grand, et immortel moment de danse, Michael, et ses danseurs

nous prouve leurs talents, et une superbe synchronisation musicale, formidable!!!

BRAVO michael.

KARL.

 

 

Michael, ses chorégraphies, un véritable don.

27 juin, 2009

michaeljackson21.jpg

Nul ne contestera à Michael Jackson d’avoir d’abord compté pour ses qualités de musicien et de performer. Mais il est tout aussi incontestable qu’une bonne part de son image, de son style et de leur impact iconique aura été répandue par ses vidéoclips. C’est là, pour commencer, que tous ceux qui ne l’ont jamais vu sur scène découvriront le danseur : avant d’être, éventuellement, de mini-scénarios, les clips de Jackson sont, presqu’à chaque coup, de riches chorégraphies. Numéro de promenade nocturne et solitaire pour Billie Jean (superbement réalisé par Steve Barron, le wonder boy du vidéoclip eighties) ou vaste ballet choral pour Beat it et Thriller, le meneur de revue Michael Jackson a débarqué en 1982 dans le monde tout neuf du clip avec quelques règles d’or dont il ne se départira jamais.

Phénomène Michael: A coups de signatures prestigieuses, il est le premier artiste à utiliser aussi systématiquement le potentiel de ce nouveau média, qui s’impose comme un indispensable moyen de vendre des disques. Mieux : Jackson s’arrange pour fabriquer des événements autour de la sortie des clips eux-mêmes, tels le fameux Thriller réalisé par John Landis, sorti mondialement en 1983 à la manière d’un blockbuster et qui fera l’objet, pour la France, d’un exclusivité télé chez Michel Drucker : un vidéoclip dans sa version de près de quinze minutes, en plein milieu d’une émission de variétés, on n’avait jamais vu ça.

Un tel phénomène n’aurait pu se produire sans le contexte très particulier d’une époque qui était aussi celle de l’émergence de MTV. Aujourd’hui devenu banal, le modèle télévisuel du robinet à clips que proposait la chaîne américaine à une audience en voie de globalisation a provoqué un véritable effet de souffle sur le début des années 80.

Les clips de Michael Jackson, bientôt suivis par ceux de Madonna, sont devenus le symbole même de cette mondialisation musicale en marche, qui se répandait aussi sûrement via le CD – dont c’étaient également les premiers pas -, que par les premières paraboles ou les bouquets de la télé par câble. On découvrait dans un même mouvement MTV et les clips de Michael Jackson, et on apprenait en même temps cette drôle de nouvelle, en écho à une polémique typiquement américaine : ces clips étaient les premiers d’un artiste noir à être diffusés sur cette antenne, information aussi incompréhensible que bizarre vue de France où on découvrait à peine la bande FM et où on ignorait tout de la segmentation et du système des stations dédiées (musiques noires, country, rock…) en vigueur sur le marché américain.

Toujours est-il que la synergie entre la floraison de clips extraits de Thriller et le développement de la chaîne musicale a été si profonde qu’il est devenu de difficile de décider qui, de MTV ou de Michael Jackson, a servi de locomotive à l’autre. En 1987, Michael Jackson persiste dans sa ligne du clip de prestige et de superproduction avec la chanson-titre de son nouvel album, Bad, dont Martin Scorsese réalise la mise en scène, sur le modèle au parfum West Side Story d’un affrontement de bandes dans le métro new-yorkais. Egalement extraits de cet album, Dirty Diana et Smooth Criminal vont occuper les antennes musicales plusieurs saisons durant.

Sensualité. L’album suivant, Dangerous, en 1991, donnera moins de clips mémorables, à l’exception de Give In to Me (numéro lascif avec Slash, guitariste de Guns n’ Roses) et surtout de Black or White, qui exploitait les techniques balbutiantes du morphing. Hymne antiraciste en même temps qu’apologie ambiguë de la transmutation permanente, cette chanson et ce clip ne sont sans doute pas, aujourd’hui, les plus beaux, mais peut-être ceux qui précipitent le mieux les talents multicartes de l’idole, cette profusion d’énergie sexuelle et de sensualité vitale, dont le vidéoclip aura été le plus puissant vecteur.

Karl.

 

Séquence souvenirs…

27 juin, 2009

michaeljackson011.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=f1P1VksxfrM

Ecoutez ce MEGA-MIX, de Michael.

Billie jean, rock with you, beat it, etc…

Tous ses tubes, les plus écoutés et dansés.

Merci Michael.

KARL.

Thriller, Bad : « Nos années Jackson »

27 juin, 2009

photothriller.jpg

 http://www.dailymotion.com/video/x12xlt_thriller-michael-jackson_music

1972 : album « Ben ». Michael Jackson n’a que 14 ans cette année-là, alors qu’il sort l’un de ses premiers albums solo, et que le monde autour de lui tourne sur un rythme de guerre froide légèrement apaisée, avec une visite du président américain Richard Nixon en URSS et la signature du traité de limitation des armes stratégiques Salt I.


La guerre du Vietnam est, elle, encore en plein boum, on commence tout juste à parler de la future pénurie de pétrole, et l’Irlande du Nord est sous le choc de son « Bloody Sunday », qui inspirera quelques années plus tard le chanteur Bono, du groupe U2.
1982, album « Thriller ». Cette année-là est tout d’abord marquée par les ventes record de « Thriller », album le plus vendu de tous les temps… Ronald Reagan est président des États-Unis, pays où est effectuée la première greffe du coeur. Le massacre dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila marque également cette année. En France, 1982 est l’année du passage, sous le gouvernement Mauroy, aux 39 heures pour les salariés et à la 5e semaine de congés payés.
1987, album « Bad ». Premier forage du tunnel sous la Manche, le premier vol de l’A320 ou encore le décès de Dalida marquent l’année de la sortie de « Bad ». Aux États-Unis, Wall street connaît un « lundi noir », qui affectera le monde entier mis à part la France et la Belgique.

1991, album « Dangerous ». George Bush père dirige les États-Unis, la 2e guerre du Golfe se résout par la libération du Koweit, tandis qu’en France, les fans de Serge Gainsbourg sont en deuil après sa mort le 2 mars…

KARL.

12